Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

16
jan 2011
Immolation en Algerie !
Posté dans Non classé par pompier003 à 11:34 | Pas de réponses »

                    immol.jpg                                 

Bien des gens se sont ôté la vie pour fuir une réalité insupportable. Des dizaines, voire des centaines,  d’algériens se sont suicidés par immolation dans plusieurs villes d’Algérie. Certains ont trouvé la mort, alors que d’autres sont restés infirmes durant toute leur vie. Je vais citer quelques exemples rapportés par la presse algérienne, qui ne représentent en vérité que la partie apparente de l’iceberg, si l’on considère la censure  et le bâillon de la répression qui s’est abattu ces dernières années sur  les journalistes indépendants. 

1) Le mois d’avril 2004, un citoyen âgé de 40 ans, répondant au nom de Djamel Taleb, a franchi la porte d’entrée de la Maison de la presse Tahar-Djaout a Alger, Ses vêtements, déjà imbibés d’essence, se sont enflammés dès qu’il a allumé son briquet. Transformé en torche, le malheureux a couru sur une dizaine de mètres avant de s’effondrer. Etendu sur le sol, il râlait et suppliait à haute voix les journalistes présents de transmettre son message. Il parlait d’injustice, de « Hogra » (mépris), de sacrifice et d’un juge d’instruction responsable, disait-il, de son malheur. Il entrecoupait ses phrases de « Ô mon Dieu », « Vive l’Algérie » et « A bas la corruption… » Il est mort, le vendredi 21 mai, trois jours après son admission dans un hôpital d’Alger.

2) Le 5 octobre 2010 aux environ de 23 heures,, un jeune homme répondant aux initiale de H.R s’est immolé en s’aspergeant par l’essence a tigdit dans la wilaya de mostaganem.
3) Durant la même période, la 1 semaine d’octobre 2010, écartée de la liste des bénéficiaires des logements, Madame T.N, une veuve quinquagénaire et mère de 03 enfants, femme de ménage dans un CEM, s’est aspergée à l’essence et s’est immolée dans le bureau du P/APC de Aïn Kermes dans la wilaya de Tiaret. Cette femme, brulée au 3eme degré, a été sauvée in extremis de la mort grâce a l’intervention des citoyens.

3) Durant le même mois, le dimanche 31 octobre 2010. Une autre tentative de suicide a eu lieu à quelque 200 m du souk hebdomadaire de Mesra, à Mostaganem. Il s’agit du nommé Koibich Mohamed, âgé de 52 ans, qui a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu.

4) Le 26 décembre 2010 le nommé B. Z., âgé de 48, a mis un terme à sa vie, en s’aspergeant d’essence pour s’immoler par le feu. Le corps sans vie de la victime a été transporté par les éléments de la Protection civile à la morgue de l’Établissement public hospitalier (EPH) de Sig.

5) Un jeudi du mois d’aout 2010 vers 19 heures, Amiour Abderaouf agé de 31 ans, un jeune footballeur au chômage, s’est immolé par le feu. La victime s’est isolée dans l’une des ruelles les moins fréquentées du faubourg Sidi Mabrouk pour s’asperger d’essence et mettre le feu à son corps. Le défunt peinait à trouver un travail qui lui aurait permis de gagner décemment sa vie et s’assumer dignement comme tous les jeunes du monde.

6) Première semaine du mois de juillet 2010 un jeune homme de 25 ans, Totalement désespéré a recouru a ce geste extrême en s’immolant par le feu dans la commune de Sour, dans la wilaya de Mostaganem. Il a été évacué dans un état critique par le Samu vers l’hôpital d’Aïn Tedeles avant d’être transféré dans un centre spécialisé pour les grands brûlés. Malheureusement, après trois jours de lutte contre la mort, le jeune homme a rendu l’âme.

7) Durant le mois de juillet 2010, , un homme habitant la localité de Ouled Lilli s’était aspergé d’essence avant de mettre le feu à son corps sous le regard ahuri des passants. Brûlée au troisième degré, la victime, sans emploi et dans une situation sociale des plus précaires, est morte des suites de ses graves blessures.

8) Le 21 juin 2010, dans le quartier brise marine de la commune de bordj el bahri, le jeune Debaghi fouad agé de 35 ans a rendu l’âme suite a son immolation.

9) Un père de famille agé de 27 ans habitant une baraque au bidonville Sidi-Amar, au chef-lieu de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès, s’est donné la mort en s’immolant à l’intérieur de son logis. Selon les témoignages de ses voisins, la victime, dont la baraque faisait partie de 12 autres qui devaient être rasées, n’avait pas trouvé d’autre solution pour faire face à ses problèmes sociaux que de mettre fin à ses jours.

Depuis 1999 jusqu’a la fin 2010, ces cas de suicide par immolation, qui ne représentent presque rien devant la gravité du fléau, n’ont suscité aucune réaction crédible de la part des citoyens algériens. Bien au contraire, la réaction a ce genre de fait n’a jamais dépassé le seuil du regret ou du sujet de discussion dans le cafés et dans la rue.

                            dilem1.jpg

Pas moins de 3 cas d’immolation ont été enregistrés ces derniers jours :

Source : dna-Algerie.com

Trois immolations par le feu en moins de cinq jours. Trois citoyens algériens, acculés par des conditions de vie extrêmement difficiles, ont tenté de se suicider par le feu à Jijel, à Bordj-Ménail ainsi qu’à Tébessa. Un est décédé des suites de ses brûlures et les deux autres sont gravement brûlés. Ces actes de désespoir ressemblent à celui du jeune tunisien, Mohamed Bouazizi, qui s’est immolé par le feu le 17 décembre 2010 dans la ville de Sidi Bouzid. Son suicide a été le prélude à une révolte populaire qui a provoqué la chute du président Ben Ali.  Premier acte. Aouichia Mohamed a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant, le 12 janvier dernier, dans l’enceinte du siège de la daïra (sous-préfecture) de Bordj-Menaiel, à 30 km à l’est de Boumerdès indique le quotidien El Watan. 

Agé de 41 ans, père de six enfants, Mohamed travaillait comme agent de sécurité à la daïra de Bordj-Menaiel. Exclu de la liste de bénéficiaires de logements sociaux dans sa localité de Cap Djanet, l’homme s’est immolé dès sa sortie du bureau d’un responsable de la même institution, lequel lui avait de tout temps promis de l’aider pour bénéficier d’un nouveau toit qui répond aux besoins de sa famille.  Mohamed était en attente d’un logement le sien ayant été sérieusement endommagé par le séisme qui a touché la région en mai 2003. Les autorités lui avaient promis un toit, mais leurs promesses n’ont pas été tenues. Même scénario à Jijel, à 300 km à l’Est d’Alger, où un jeune homme de 26 ans s’est immolé par le feu vendredi 14 janvier à 21 H, sur l’avenue Emir Abdelkhader, en centre-ville. Transféré à l’hôpital, il a été admis au service de réanimation où il a été placé sous surveillance médicale. Souffrant de brûlures au troisième degré, ce jeune semble hors de danger.  Troisième acte désespéré à Tébessa, à l’extrême est d’Algérie. Mohcen Bouterfif, 26 ans, chômeur résidant dans la commune de Boukhadra, 35 km au nord de Tébessa, s’est lui aussi immolé dans la journée du samedi 15 janvier. Raison du suicide ? Le refus du maire de lui accorder un emploi. En quittant le bureau du président de l’APC, Mohcen s’est aspergé d’un liquide inflammable avant de mettre le feu à son corps. 

Evacué vers l’hôpital d’Annaba, l’homme est décédé des suites de ses brûlures.  Ces actes de désespoir entrepris par des citoyens algériens ressemblent à celui d’un jeune diplômé tunisien, Mohamed Bouazizi,  26 ans, vendeur ambulant, qui s’est immolé par le feu en décembre 2010 dans la ville de Sidi Bouzid pour protester contre la confiscation de sa marchandise. Son suicide a été le prélude à une révolte populaire qui a provoqué la chute puis la fuite du président tunisien Ben Ali. 

                                                                    

mosadaqnew.jpg  سخافة صحفي جزائري

هذا « السخفي » المعتوه التابع لقناة المستقلة، والذي يدعي أنه ممثل ديكتاتور الجزائر بوتفليقة في أوربا، قال في حصة حوار بثتها قناة  » العالم »، أن الإنتفاضة الأخيرة للشباب الجزائري سببها الوحيد و الأوحد هو ارتفاع سعر السكر و الزيت. فاللهم اشبع هذا  » السخفي » سكرا و زيتا و احرمه من الحرية و الكرامة و  « سَلَّطْ » عليه ظلم بوتفليقة و أزلامه و كافة الحكام العرب


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008