Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 5 août 2009
Archive pour le 5 août, 2009


Chut ! les authentiques nationalistes sont là !

5 août, 2009
Non classé | 9 réponses »

                             

         Regardez cette  » Fatcha »

              bounedjma.jpg

     Khaled Bounedjma, le secretaire general de la C.N.E.C

Ministère de la défense français : « Bounedjma était un harki » 

Source : Le jounal Ennahar. 



      harkki.jpg                               

Contenu du document : 

Nous attestons que le nommé Mohamed Bounedjma a :        

- servi comme Harki au 21e 39e RI , 6e Compagnie 

- servi comme AASSE au 21e 39e RI, 6e Cie .       

- servi au 7e B.C.S. 

Lorsque le président de la coordination nationale des enfants de Chouhada, le nommé Khaled Bounedjma nous a accusé d’être des agents de la DRS française, de fils de Harki, nous avions alors fait la lumière sur le parcours de son père durant la guerre de libération nationale et ce, en se basant sur les témoignages des enfants de sa région sur le parcours du traître « Mohamed Rahdj » qui avait vendu sa conscience au colonisateur français.. Suite à cela, celui-ci nous avait accusé d’avoir manipulé les témoignages de ces moudjahiddines bien qu’ils soient authentiques (audio et vidéos). Et puisqu’on doit présenter des preuves de ce qu’on avance, alors voici le document authentique qui retrace le parcours du traître « Rahdj ».. Le document officiel, délivré par la direction du service national du ministère de la défense français confirme que Mohamed Bounedjma, né le 9 août 1928 à Bourached dans la wilaya de Aïn Defla avait servi en sa qualité de Harki dans les rangs de l’armée coloniale. Il avait servi dans plusieurs compagnies militaires françaises..

 Mohamed Bounedjma avait rejoint, en qualité de Harki, la 21e 39e RI, relevant de la 6e compagnie militaire qui activait dans la région de la Mitidja. Ensuite, le Harki « Rahdj » a été promut au rang d’élément au sein du « AASSE, connu par tous les algériens qui ont vécu la guerre. C’était une unité spéciale de Harkis qui pratiquait même la torture contre les algériens. Ces derniers s’infiltraient parmi les algériens afin d’avoir des informations sur les moudjahiddines et leur mouvements ou sur les opérations que planifiaient ces derniers. 

Le Harki avait contribué, selon des témoignages, au massacre de trois moudjahiddines dans sa région. Après cette lâche opération, il revint à sa première fonction et repris le titre de Harki au sein de la même compagnie militaire. Il était resté au même poste et dans la même région jusqu’à ce qu’il rejoignit la septième unité B.C.A. une unité militaire chargée de mener des opérations militaires contre les civils et l’ALN, ce qui prouve que le père du président de la coordination nationale des enfants de Chouhada avait pris les armes contre la révolution au sein de la B.C.A. qui menait des opérations militaires contre les moudjahiddines et les civils..

 Le document délivré par la direction du service national, bureau des archives militaires au ministère de la défense français, signé par le lieutenant-colonel Alain David, directeur du bureau central d’archives militaires et administratifs.  Il est délivré aux Harkis et traîtres par le ministère de la défense afin que ces derniers puissent bénéficier de la pension militaire ainsi que d’autres avantages dont bénéficient les Harkis sur le territoire français.. 

Ennahar a pu avoir une copie de ce document qui dément les prétentions du fils du Harki, Khaled Bounedjma qui veut faire de son père un héro et un symbole de la révolution en exploitant et menaçant même certains moudjahiddines afin qu’ils fassent de faux témoignages..

  Le document mentionne bien le nom et prénom, sa date et son lieu de naissance du Harki Bounedjma, père du président de la CNEC, le nommé Khaled Bounedjma. Que reste-il à cacher sur ce traître qui était au service de l’armée française. Celui dont le fils n’est autre que le président d’une organisation des enfants de Chouhada. 

                                                          Ennahar/ Sami Si Youcef

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Pompier 003 écrit le 06 aout 2009 a 21.14

Image de prévisualisation YouTube

Son Père, le harki ERRAHDJ, a torturé et tué des valeureux martyrs durant la guerre de libération et, lui, le fils d’ERRAHDJ, il donne un ultimatum de 8 jours, avant d’incendier le siège de l’organisation des enfants de Chahid, et il le dit ouvertement a Bouteflika, au chef de gouvernement  et a  l’Etat algérien tout entier……Ya Bougalb !

 

…………………………………………..boutef.jpg

 

Je suis fier(et j’ai honte)d’être fils de Chahid !

Un scandale en cache un autre et ça n’arrive qu’en Algérie, hélas ! 

Ce qui me révolte dans tout ça, en tant que fils de chahid, ce n’est pas le voyou Khaled Bounedjma, car nous savons tous que notre pays est l’otage des harkis et leurs enfants depuis l’indépendance, mais c’est cette histoire d’amour qui lie Bouteflika aux faussaires de tout bord, de toutes les couleurs, et leur progéniture infectes. Bouteflika doit s’expliquer devant le peuple algérien pourquoi les  traîtres et les fils de traîtres le soutiennent sans aucune réserve. Des harkis et des fils de harkis  comme Khaled Bounedjma de la CNEC, Tayeb El-Houari de l’ONEC, Mustapha El-Habiri de la DGPC (qui m’a traité de Harki !), Ali Tounsi de la DGSN et le général Larbi Belkheir, le fils de caid et le harki par excellence.

 Il est tout a fait clair que les traîtres s’entendent et se croisent. Ils s’entraident par fidélité à leurs frères d’armes : les supplétifs de l’armée coloniale, contrairement a beaucoup d’anciens moudjahids qui ont fait des veuves de Chahid des femmes de ménage, des quémandeuses. Certaines ont même été violées par ces « frères d’armes » de leurs époux ». Des filles de chahid ont été contraintes de travailler comme serveuses dans les bars de ces lâches, des traineuses dans leurs boites de nuit, pour ne pas dire des mots vulgaires… . Ces honteux anciens  moudjahids qui, afin d’empocher 50 dinars crasseux ( je dis bien 50 dinars), ont signé des attestations faisant des minables harkis des grands révolutionnaires. Je précise, cependant, que je n’incrimine pas les maquisards restés fidèles au serment, ou les harkis qui ont assumé courageusement leur prise de position, en continuant à vivre en algerie ou en la quittant à l’indépendance, mais les faussaires : les moudjahids et les harkis du régime algérien qui ont fait de notre nation un terrain du désastre et de la trahison.

Où est Bouteflika et ses guignols du FLN, du RND, du HMS ? Où sont les ramasseurs de miettes des partis microscopiques dirigés par des fils de Chahids, AHD 54, le FNA….?  Où est le ministre des moudjahiddines ? Où est l’organisation des anciens moudjahiddines que représente ce vieux con et adepte de la langue du bois nommé Said Abadou. Où sont les fils et les filles de chahid qui n’ont pas troqué les sacrifices de leurs parents contre quelques privilèges mesquins. Que reste-il a cette « famille révolutionnaire » sauf demander pardon a Benyoucef Melouk l’authentique moudjahid qui lutte contre les faussaires depuis plus de 20 ans ? N’est-il pas temps de le réhabiliter dans ses droits ? Si Benyoucef, que j’ai eu l’honneur de connaitre de près, est de cette race d’algeriens qui n’abdiquent jamais aux faussaires et aux traitres de la nation.

        Benyoucef Mellouk melouk.jpg authentique moudjahid

                      Victime des harkis au pouvoir

 

La balle est, aujourd’hui, dans le camp des vrais enfants de Chahid, dont, notamment, ceux enrôler dans les deux organisations  d’enfants de chahid (et de harkis) : la CNEC  du fils de harki Khaled Bounedjma et l’ONEC  de l’autre fils de Harki Tayeb El-Houari ! Où mènent-t-il le pays d’un million et demi de martyrs  ces (putains et fils de putains) de faussaires ?

  Sachez, enfin, messieurs les fossoyeurs de l’indépendance de l’Algérie, que « le spermatozoïde purement algérien » n’enfante jamais des traitres de votre trempe !!

* Ce n’est pas dans mes habitudes d’user de ces propos. Toutes mes excuses aux internautes, qui ont l’habitude de visiter mon blog  ou qui auront a le visiter a l’avenir, pour ce texte un peu grossier, car, j’imagine, que c’est le seul langage compatible avec la personne de ceux qui, dans le but de jouir de quelques privilèges éphémères, ont trahi, et continuent de trahir, le sacrifice des glorieux martyrs.

                                                                                                                     OMAR SAADA

abadou.jpg Le vieux con Said Abadou (ONM)

bounedjma01.png S’agit-il d’une fille de Chahid ? 

  0acomabbasa21bt9.jpg  Un ministre des moudjahidines.

bouteflikarf.jpg  Un moudjahid, dit-on ?

larbibelkheir.jpg  Et un autre ?

3331.jpg  Et  trois  autres !

Plus d’articles : pompier003.unblog.fr

La protection civile de Bouira, l’arbre qui cache la forêt !

5 août, 2009
Non classé | 4 réponses »

Selon la presse algérienne, deux sapeurs pompiers de la wilaya de Bouira ont trouvé la mort dans un accident spectaculaire survenu le 8 juillet dernier dans la localité d’Ath Laâziz, à 10 km au nord de Bouira. Ces deux agents décédés – et un autre grièvement blessé – revenaient d’une intervention à bord d’un vieux camion d’incendie, dont la durée d’utilisation aurait dépassé les 20 ans. Le tacot a basculé dans un ravin suite à la défaillance de son système de freinage. Ce type de camions d’incendie de marque « Sonacome » avaient été mis sur pied et acquis par la Direction Générale de la Protection Civile au milieu des années 1980. Cette première (et dernière) série d’engins, conçue à titre d’essai par la Sonacome de Rouiba au profit des pompiers et des services forestiers, présentaient déjà, a l’état neuf, de nombreuses anomalies mécaniques.

En dépit de ce qui précède, les (ir)reponsables de la protection civile viennent d’ingurgiter, encore une fois, la pilule du mensonge a tout le monde, notamment aux pompiers, en faisant croire que cet accident n’a pas été prévisible pour les motifs sus indiquées. Pour cela, des inspecteurs centraux de la DGPC se sont rendus illico presto à Bouira, dans le secret le plus total, afin d’enquêter, plutôt enterrer cette affaire, et ce, dans le cadre d’une soi-disant commission diligentée sur ordre du repris de justice Lakhdar El Habiri. Ces inspecteurs sont parvenus, toute honte bue, à noyer le poisson dans l’eau, en essuyant le couteau sur un pauvre officier subalterne (non pistonné).

Je rappelle a ces adeptes de la supercherie et du mensonge que dans un pays qui se respecte, là où le décès d’un citoyen dans des conditions, aussi dramatiques, est considéré comme une grande tragédie ( pas une banale statistique), lorsqu’il y a perte en vies humaines, seule la justice en a le devoir et la compétence d’enquêter afin de situer les responsabilités et prendre les mesures règlementaires à l’encontre des vrais coupables. Néanmoins, et aussi étrange que cela puisse paraitre, le directeur général de la protection civile ne « fait intervenir ! » cette justice et son drôle d’avocat ( Chahed ezzour) que pour accabler les pompiers qui défendent leurs droits légitimes, alors qu’il se contente d’instruire secrètement ses petits toutous, afin de travestir des vérités tangibles, quand ces mêmes pompiers périssent dans l’exercice de leur noble mission. Il est clair que ces agents d’intervention, au même titre que tout le peuple algérien malheureux, ne représentent, au regard d’El-Habiri et de ses compères du pouvoir assassin, qu’un simple acte de naissance, ou de décès, classé dans un dossier !

Chaque être digne ne devait plus jamais croire aux conclusions fallacieuses montées de toutes pièces dans les bureaux de la DGPC par des menteurs qui refusent de reconnaître, comme se fut toujours le cas, que ce genre de tragédie est la suite logique de leur médiocrité. En vérité, l’accident en fut provoqué par le fait que ce camion ne répondait pas « aux normes techniques requises », selon des informations émanant des mes ex collègues de la wilaya de Bouira, ce qui devait mettre en cause, à priori, le directeur général et ses inspecteurs (trices).

Par ailleurs, et à en croire ces mêmes sources (très)crédibles, ce véhicule aurait fait l’objet de plusieurs rapports signalant ses innombrables manquements de commodités dont, notamment, son système de freinage défectueux. Plus grave encore, car les conducteurs du camion en question ont été contraints, à maintes reprises, sous peine de sanctions disciplinaires, de le conduire et d’intervenir avec, en dépit de son état déplorable.

Il est en évidence clair que ce n’est qu’après la perte cruelle de ces deux pompiers (que Dieu ait leurs âmes) que l’alcoolo directeur général vient d’interrompre son long sommeil, en faisant semblant de contrôler le parc automobile de la direction de Bouira. Il ne faut surtout pas se surprendre de le voir replonger dans son somme, dans l’attente de drames similaires dans d’autres endroits du territoire, avant d’agir de manière à mettre un terme a ses  mascarades et ses « spectacles »  qu’il organise, par-ci par là, avec des dizaines de camions neufs réservés exclusivement pour les cortèges « tape à l’oeil » et le décor.

Faut-il apprendre a El-Habiri, au-delà de ses huit ans passés a la tête de la protection civile, qu’un responsable de l’une des plus prestigieuses institutions algériennes devrait avoir des préoccupations autres que le « cirque Ammar » et que sa mission primordiale ne doit être autre que la sécurité du citoyen et de son personnel.

Omar Saada

pompier.jpgpompier.jpgpompier.jpgpompier.jpgpompier.jpgpompier.jpg

 

Algerien de sang écrit le 06 Aout 2009 à 19.41

bsr Omar, le vrai algérien et soldat du feu;
je viens de lire cette information , pour moi, sincèrement, ça ne me surprend pas ce genre de procédé de nos soit disant responsables et c’est tout ce qu’ils savent faire, ils sont meilleurs dans ces opérations. Allah irahamhoum ses deux pompiers de Bouira bien sur et je présente mes condoleances a leur famille malgré c’est déjà un bail. je voulais dire aussi que c’est la même chose qui s’est produite a Bejaia lorsque le camion très vétuste et constamment en panne et signalé a chaque fois par les conducteurs et particulièrement par le defunt conducteur de l’unité d’Addekar il y a déjà 3ans de ça, ou presque. le conducteur n’a pas cessé de signaler par écris, a ses responsables, la défaillance de freinage du dit camion. Une semaine avant que l’accident se produit , les responsables hiérarchiques de Bejaia, et sur ordre du directeur de wilaya en l’occurrence le C. CHERRIER, ont signifié au chef d’unité d’Adekar de ne plus signaler ce camion et que le camion en question est bon pour le service, d’ailleurs a partir de là le conducteur décédé a senti le danger et la veille de sa prise de service, avant l’accident, il  a même fait part a sa femme qu’un jour ce camion le tuera.

Effectivement , le lendemain, pendant sa prise de service, il a fait une chute libre de 100 mètres dans un ravin suite a la défaillance du freinage . Mais malheureusement, les camoufleurs de la vérité ont agis de la sorte, c’est-a dire  comme vous venez de le dire sur les éléments de Bouira ! Aussi, le plus grave, ces derniers ont acheté le silence des membres de sa famille par un logement de fonction octroyé a sa femme, car les intéressés -sa famille- étaient sur le point de porter plainte, chose qui fut dejouée , dommage. Ami, c ‘est la réalité. Donc le corps de la protection civile est pourris d’en haut et les directeurs de wilaya sont corrompus et protégés et malgré que tout le monde en parle,  les hauts responsables, censés faire leurs enquêtes, sont plongés dans un silence totale. Comment veux-tu que l’Algérie trouvera la paix et la démocratie! tout le monde est corrompus , il suffit de voir ce qu’a fait le directeur de wilaya de Bejaia pour croire, mais il est toujours a son poste et malgré tout , c’est pas pour le dénigrer mais c’est la réalité. il suffit que les responsables dignes de ce noms fassent une enquête et écouter le témoignage des pompiers de bejaia . Mais non , ces responsables tiennent a lui parce qu’il crée le désordre et c’est l’homme qu’il faut pour sauvegarder leurs intérêts . Voila, monsieur saada omar pour moi et pour tout le pompiers algérien. et particulièrement ceux de bejaia, on vous remercie pour tout ce que vous faites car c’est la pure vérité de ce que vous dites et tout le monde le sait saufs cette catégorie de personnes que vous avez déjà cités et d’autres non citées parce que la liste et longue.

Il faut rajouter aussi les ptits responsables quand même de Bejaia bien sur , des hommes a tout faire, comme , bekakria arezki chargé des finances, messaoudene rabia le patrimoine, le sal l’ancien et le nouveau provisoire, le chargé de la logistique en l’occurrence amari nacer, le chargé des œuvres sociales, le chargé du foyer yahiaoui, mouloud hamou, mebarki mohand; said djebelnouar le caméléon, le serpent a sonnette comme on l’appel ses collègues, et quelques chefs d’unités bien sur pas tous mais surtout chaalal mahmoud et larbes arezki, ses des (h) ommes a tout faire et opportunistes du 1er degré et sans principes. Tous ces gens sont le mal de la protection civile de bejaia ! En fait, par exemple, larbes arezki, sa femme se nourrie a partir de la cuisine des pompiers d’akbou et c’est elle même qui décide quoi faire comme manger, dejeuner et diner ! c’est des informations fondés , oui c’est la vérité ! c’est tout ce que je peux dire monsieur saada, sinon je ne vais pas terminer, je suis dégoute de ce corps et sincèrement, en étant nouveau dans le corps, j’en ai marre déjà et je veux vraiment partir chercher ailleurs ou je gagnerais mon pain et celui de mes enfants dans la dignité. j’espère vous lire prochainement et voir cet article voir le jour pour identifier ces personnes afin que tout les pompiers connaissent la verité de ce qui se drame dans ce corps malade , malgré c’est avec amour du métier noble que nous sommes là! a très bientôt hadharate!
l’algérien de sang.

Plus d’articles : pompier003.unblog.fr

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008