Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 30 juin 2009
Archive pour le 30 juin, 2009


Les mauvais danseurs de Karkabou !

30 juin, 2009
Non classé | Pas de réponses »

ben.jpgkarkabou.jpgboutef4.jpg

 MASMAR DJEHA  écrit le 26 juin à 5:27

ya hadharat ennakib disant que vous êtes visé et que vous êtes une victime du système mais comment oser vous dénigrer sur votre pays et je me demande pourquoi avez vous tarder a divulguer ces mensonges et attendu jusqu’à est ce qu’on vous radie du système a hadharat! quelque soit le pays d’accueil ou vous étes mettez vous une chose dans la petite cervelle de oiseau que vous avez qu’un jour vous aurez ce qu’on appelle la nostalgie ou le mal du pays et si vous ne l’avez pas ,vous enfants l’auront et soyez en sur et certain que tel que moi un algérien d’origine et non un contrefait made in Taïwan je vous hais rien que pour avoir insulté mon pays et son pouvoir 

pompier003

écrit:  

Je vais vous répondre assez rapidement, car c’est les vacances et le week-end, ici, et je préfère réserver mon temps pour mes enfants, Mesmar Djha !!

Oui, vous avez tout à fait raison d’utiliser ce pseudo, car je pense que vous êtes effectivement un Mesmar Djha, cloué quelque part. Il faut convenir que cette expression, de chez nous, est utilisée lorsqu’une personne, habituellement ignorante, refuse de céder sa place aux plus méritants, et ce, en acceptant l’inacceptable (je dis bien l’inacceptable) pour la préserver.


Je n’ai pas l’intention de vous suivre dans votre attitude mesquine ni vous accuser d’avoir une cervelle d’oiseau, mais je vais clarifier, tout simplement, les points soulevés dans votre commentaire.


La discipline, il faut en parler a ceux qui sont chargés de son application, notamment les énergumènes (et leurs semblables) cité dans l’article les médiocres des pompiers algériens que « vous avez, assurément, lu ». En ce qui me concerne, cette discipline, si elle existe vraiment dans les rouages du pouvoir algérien – et de la protection civile – ce que je ne crois pas, je m’en moque totalement, du moment que je ne suis plus géré par « la discipline » dudit pouvoir. Je suis dans un pays démocratique et de droit, dans lequel la discipline et le respect des lois sont incrustées même dans la cervelle des enfants de la crèche. Et Dieu merci, toutes les personnes que je côtoie (de diverses nationalités) voient en moi une personne disciplinée qui représente dignement sa religion et sont pays d’origine (pas le pouvoir).

Vous avez voulu savoir si mon niveau d’instruction me prédestinait au grade de capitaine des pompiers. Là, je m’excuse de ne pouvoir vous répondre. Les officiers (les vrais) qui m’ont commandé et les éléments qui ont travaillé sous mes ordres sont les seuls à pouvoir vous donner une réponse convaincante. Je vous informe toutefois qu’au même titre que mes collègues de promotion, j’étais recruté, sur concours, en qualité d’élève sous lieutenant en 1980, avec le niveau de troisième année secondaire arabisant (le niveau scolaire exigé à l’époque est la deuxième année secondaire). Et tous mes grades (Lieutenant en 1988) et (capitaine en 1997) ont été acquis par voie d’examen professionnel, contrairement aux médiocres qui n’ont pu accéder dans le grade, dans un temps record, qu’en se présentant aux examens de la bassesse (…). Je vous signale que la plupart des colonels, notamment ceux cités dans l’article « les médiocres des pompiers algériens » que « vous avez assurément lu » étaient des sergents au début des années 1990, le niveau scolaire des plus instruits, parmi eux, est la 4 eme année moyenne. Il est plus raisonnable donc de poser cette question à ces derniers, tout d’abord.

Je vous apprends que moi, contrairement a ceux qui se sont lancés corps et âmes dans les harcèlements sexuels, le vol et la corruption, j’ai préféré travailler dur afin d’améliorer mon niveau d’instruction. Je lisais tout ce qui me passe sous la main, revues, brochures et des dizaines, voire des centaines, de livres, ce qui m’a permis d’améliorer sensiblement mon niveau et d’écrire, par la suite, des livres et des articles de presse (en arabe et en français). Il faut avoir la probité de reconnaître que je suis le premier pompier algérien à avoir fait des éditions (je vous dis cela en toute modestie).

Vous m’accusez d’avoir insulter mon pays, n’est-ce pas ? Donc il faut me signaler les articles, les paragraphes, les phrases ou les mots dans lesquelles j’ai insulté mon pays. Vous devez le faire, sinon les internautes et moi-même saurons que vous êtes un menteur. Vous n’allez pas rougir, je le sais bien, puisque vous signez vos écrits derrière un pseudo. Si vous êtes un algérien d’origine comme vous le prétendez, vous devez le prouver en vous faisant connaître, au même titre que moi, surtout que vous êtes un défenseur des médiocres de la protection civile et du pouvoir algérien. Dans le cas contraire, je serai très réjoui de découvrir que mon algerianité est nettement au-dessus de la vôtre. Un algérien d’origine, un FHEL, lorsqu’il n’encourt aucun risque d’être pris pour cible, indûment, par le pouvoir des  » clandestins », il ne se cache jamais derrière un voile pour s’attaquer aux autres.

Moi, tout en étant en Algérie, je me suis attaqué ouvertement aux stigmates du régime que vous défendez et j’en tire une légitime fierté. Je vous rappelle que la première phrase de mon premier livre est (De toutes les trahisons, de toutes les lâchetés, de toutes les humiliations, il n’en est pas pire que celles procréées délibérément par l’abandon, surtout lorsque nous lâchons ceux qui nous ont fait assez de confiance) et la dernière (Un état qui aspire au mieux être de ses citoyens doit, tout d’abord, exterminer les stigmates de la trahison, les mandataires de l’injustice et les semeurs de la Hogra). Si vous lisez entre les lignes, vous devez tout comprendre. Or, si vous vous contentez de réciter en lisant, il serait mieux de vous limiter, dorénavant, à la lecture des poèmes de “Cheikha Zalamit”.

Donc, je suis très fier de mon nationalisme et mon algerianité et je le fais savoir par le geste et la parole a tous mes interlocuteurs, norvégiens ou autres, Mais il est fort possible que votre Algérie et la mienne ne sont pas les mêmes. Vous, vous défendez l’Algérie des voleurs et des harkis et moi je défends l’Algerie des honnêtes et des glorieux Chouhadas, d’Amirouche, de Didouche Mourad, de Larbi Benmhidi et de Mohamed Boudiaf.

En vérité, je pense que tous les Mesmar Djeha algériens ont un excès d’amour envers le pouvoir de Mesmar Djeha, parce qu’ils font partie de son clan ou profitent a outrance de ses privilèges.

Si vous vivez au milieu des gens ordinaires (et 99% des algériens sont ordinaires) et si vous lisez la presse indépendante, dans toute sa diversité, vous êtes censé savoir que « mes mensonges » ont été divulgués avant ma démission de ma fonction de directeur de wilaya en 2001 et entre 2002 et 2005, c’est-a-dire en Algérie, à travers une édition de 300 pages et plus de 300 articles de presse (algérienne et étrangère), un défi que j’ai eu le plaisir de lancer aux énergumènes de ma tutelle pour dénoncer leur silence complice a l’égard des agissements qui ont appauvri le peuple d’un pays très riche.

Qui vous a dit que j’ai été radié des rangs de la protection civile (voulez-vous des preuves). El-Habiri et ses médiocres de la direction générale ont fait preuve d’une “remarquable discipline”, ô pardon, d’une “remarquable lâcheté”, en me laissant suspendu pendant 4 ans (Je vous serai gré si vous me citez la loi qui stipule cela), mais ils n’ont jamais eu le courage de me radier. Ils ont attendu que la justice décide a leur place, en vain.

Ne vous en faites pas pour la nostalgie du pays. Pensez plutôt aux pauvres Harragas qui périssent en mer avant de goutter a cette “nostalgie”. Car moi, par le fait de vivre dans un pays démocratique et de droit, ça me comble énormément. D’ailleurs (entre nous) la majorité écrasante des algériens souhaitent vivre ailleurs, y compris vous, sauf si vous êtes un appendice du pouvoir que vous défendez. Vous parlez de nostalgie comme si nous n’avons pas le droit, moi et mes enfants, de venir dans notre pays. Qui vous a enseigné cette leçon ? L’immigration ou le refuge politique est une chose ordinaire dans la vie, n’importe a le droit d’immigrer, de se réfugier ailleurs, pour une raison ou une autre, et revenir dans son pays lorsque la situation s y prête. D’ailleurs, même notre prophète (QSSL) s’est exilé à Medine pour fuir les persécutions de ses adversaires. Là, et en raison de mes doutes quant au genre de caractère que vous avez, j’ouvre une parenthèse pour  ne vous laisser aucun espace a même de vous permettre de « Chasser vos poux » en vous disant :  « nul ne peut se comparer au prophète (QSSL) ».

Pour mes enfants, ils ne sont pas prêts d’oublier nos péripéties, certes, mais je vous assure qu’ils ont oublié (votre Algérie), celle qui  les a privés de leur droit à la vie ( même le remboursement des frais médicaux ) dès leur embarquement à l’aéroport Houari Boumediene. En dépit de tout cela, je fais tout afin qu’ils restent lier à la nation de leurs parents, j’essaye de leur faire comprendre que (Notre Algérie), celle esperée par nos glorieux martyrs,  n’a rien à voir dans tout ça et, Dieu merci, je suis parvenus à les convaincre. D’ailleurs, faites connaître vos coordonnées et je vous demanderai d’aller les « saluer » à l’aéroport d’Alger un de ces jours.

 

Vous ne pouvez pas imaginer ma joie en apprenant que les manieurs de brosse du pouvoir algérien mafieux me haissent. Sachez que vous êtes parmi les rares à m’honorer par votre « amour ». Votre position m’a donné toutes les raisons et le courage de persévérer. Je vous annonce enfin que moi je ne vous hais pas, par le fait que vous aimez l’Algérie et (((son pouvoir))). Neanmoins, il va falloir me convaincre que l’Algérie que vous aimez n’est pas celle du pouvoir des harkis et des fils de harkis : Bouteflika, Belkheir, Zerhouni, El-Habiri, Tayeb El-Houari, Khaled Bounedjma, Ayachi Daoudoua……et le colonel Khellaf et j’en passe !

Je ne vais par terminer sans vous dire que je veux bien être en “bonne santé” afin que mon blog soit complaisant a votre égard et à l’égard de ceux que vous représentez, mais ça serait très démoralisant pour les 35 millions d’algériens (et des 30 000 pompiers) de découvrir que la poignée de ceux qui les gouvernent, qui les commandent, ne sont pas des voleurs et des hors la loi. Si vous n’êtes pas aveugle, ou faire semblant de l’être, la vérité est dans le regard de tous les algériens et des pompiers, Un regard plus puissant que vos mensonges et votre creuse prétention.

Conclusion :

Je viens de vous débusquer, mesmar djeha, ou KARKABOU. Vous vous prenez pour un lieutenant Colombo, alors que vous n’êtes même pas capable de ruser correctement. Faites comme le lieutenant Colombo en demandant à votre femme de vous aider la prochaine fois. Elle vous conseillera de changer la ligne Internet ( probablement personnelle), avant de changer votre pseudo et poster des commentaires insultants, pour que votre jeu d’enfants réussi. Donc, si vous voulez brouiller les pistes la prochaine fois, en usant de plusieurs pseudos et d’autres insultes, il ne faut plus jamais le faire a partir de la même ligne Internet (IP 213.140.59.46.)

Soyez « un peu honnête » et confirmez moi si j’ai raison ou non. Vous êtes vraiment un taré et un mauvais danseur de Karkabou…ya Mesmar Djeha. 

Omar Saada

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008