Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

10
mai 2009
Abdellaziz Bouteflika ou le roi de la république !
Posté dans Non classé par pompier003 à 5:57 | 1 réponse »

 monarque.jpgmonarque.jpg

Comme dans les républiques théocratiques et bananières, en Algérie, on ne fait qu’endormir le peuple avec les images extravagantes et les discours interminables du roi de la république qu’on additionne aux  programmes anesthésiant  de la télévision algérienne. L’on peut librement voler l’argent du peuple, falsifier la vérité, tricher avec les autres, frustrer les plus faibles et les humilier, mentir a autrui et a soi-même, pourvu qu’on s’attache à sa majesté  Bouteflika et qu’on n’ait pas un excès d’ambitions, notamment présidentielles. 

Comme dans les systèmes des empereurs arabo-musulmans, Abdelaziz  Bouteflika ou le roi de la république, ne fait dire ses intentions qu’à travers des tierces personnes de façon à  faire croire que l’initiative vient d’elles. N’est-ce pas ses proches, manipulés par lui-même, qui ont demandé à ce qu’il soit sur la liste des postulants au prix Nobel, qu’il n’aura jamais, et qui ont  demandé aussi a ce qu’il demeure le roi de la république? Les nombreux appels pour sa candidature, notamment en 2009, sont l’illustration plus que parfaite de ces systèmes arabo-musulmans.

Comme dans les républiques théocratiques et bananières, en Algérie, on politise les écoles,  les zaouïas, le sport, la justice et l’administration. Leurs mandataires font tout pour plaire au président, en affirmant ouvertement leur soutien à sa candidature, a sa présidence a vie. Les responsables de ces institutions, dont les proches collaborateurs nommés par celui-ci,  affichent publiquement leur soumission infaillible à sa majesté, au mépris des lois de la république. La participation active des  guignols de la coalition présidentielle, des ministres, des walis, des directeurs et, même, des imams et des sportifs, dans les campagnes électorales au profit du roi de la république, est l’illustration plus que parfaite de cette politisation de tout ce qui bouge.

Comme dans les républiques théocratiques et bananières, il y a lieu de ne pas omettre le rôle nocif de la sécurité « mercenaire » qui exerce des pressions insoutenables sur les opposants, les leaders politiques, les journalistes, les responsables militaires, administratifs et syndicaux qui ne font pas partie du clan de Bouteflika. 

Comme dans les républiques théocratiques et bananières, l’UGTA, l’ONEC, l’UNFA, l’UNJA et les scouts (musulmans) Algériens ; ces organisations de la société civile, réunissant des citoyens de divers pôles politique, sont transformés a des comités  de soutien par des secrétaires nationaux qui quémandent, sans scrupules,  les louanges du président et de son système, en lui promettant l’électorat de tout le peuple. Ils oublient ou feignent d’oublier qu’il existe d’autres organisations similaires qui ont affiché  leur rejet de la monarchie (Avec tous les respects aux monarchies européennes). Cette attitude méprisante, dont font preuve ces organisations à l’endroit des travailleurs, des enfant de chahid, des femmes, des jeunes et du peuple en général,  est une autre facette du régime dans lequel un individu se permet de parler au nom d’une communauté ou d’une corporation sans avoir consulté au préalable les intéressés.

Comme dans les républiques théocratiques et bananières, le roi de la république, après avoir bénéficié de l’appui politique des barons politico-financiers du régime, comme se fut toujours le cas, continue a travailler pour l’intérêt de ces barons, étant donné que leur soutien a été planifié  afin que sa majesté demeure l’otage de sa propre politique : le soutien politique et financier, lorsqu’il n’est pas gratuit, il est politico-financier.

Le peuple Algérien doit savoir que comme dans les républiques théocratiques et bananières, le clan d’Oujda, qui dirige le pays depuis 1999, ne fera pas bon score, aussi bien  dans le domaine économique que sociale, car la stratégie retenue par ce clan de la dernière oligarchie du monde est la préservation de ses privilèges est ses acquis, quitte a conduire le pays vers la pire débandade, voire l’anéantissement. 


Un autre mandat, puis un autre mandat, puis roi jusqu’à la mort.

Enfin, chaque autre mandat de Bouteflika, à en juger impartialement les choses, est périlleux pour l’Algérie. Il équivaut à des années de recul démocratique, à la perpétuation de l’insatiable culte de la légitimité révolutionnaire, à la déliquescence de l’Etat, à l’institutionnalisation de l’impunité, à la fragilisation des partis politiques et leur transformation a des comités de soutien, à l’élargissement du terrain des mensonges et de la démagogie qui induiront a la destruction pure et simple des fondements du pays et, peut-être, la perte de l’intégrité territoriale.

La dernière des dernières : la mauvaise gouvernance  se fait sentir sur tout les plans, y compris sur le sport roi : le football, dont les dirigeants sont les protégés du président puisqu’ils font partie de son clan ? Notre équipe nationale de football, malgré la qualité de ses joueurs et des moyens dont elle dispose, n’est-elle pas aujourd’hui à l’image de la politique du roi de la république caractérisée par l’amateurisme, l’improvisation, la banalisation de la performance, donc sans aucun succès, exactement comme dans une république théocratique et bananière dirigée par Abdellaziz Bouteflika ou le roi de la republique !!

Omar Saada 

Plus d’articles : pompier003.unblog.fr

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Une réponse:

  1. hichem écrit:

    avis partagé. salut

Laisser un commentaire

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008