Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

Archive pour mars, 2009


Abdelaziz Bouteflika: Par la fraude et pour la fraude !

21 mars, 2009
Non classé | 2 réponses »

islempresidentiellesfull.jpgbouteflika.jpg

 *Cet article a été publié trois semaines avant le jour du vote !

 

Le jour du vote. 

Nous sommes le 9 avril 2009. C’est les élections présidentielles en Algérie. Le président à vie – il est aussi candidat -  va être plébiscité avec un nombre ahurissant de voix, aussi bien exprimées que non exprimées !  Les opportunistes se sont réveillés tôt ce matin, non pas pour accomplir la prière d’El fadjr, mais pour aller se mettre en queue indienne devant les bureaux de vote, en attendant l’arrivée des caméramans de la télévision de Bouteflika, mobilisés, eux aussi, pour la circonstance. 

Le vote a débuté un peu tard, notamment dans certains bureaux. Les présidents et les assesseurs, préalablement choisis par les Walis et les chefs de Daira, ont fomentés des alibis afin de patienter les gens jusqu’à l’arrivée de l’ENTV. Cette dernière doit transmettre des images faisant apparaître que les partisans du boycott ont échoué de prime à bord. 

Vers 8h30. Les cameras sont là. Ils  filment les lécheurs de bottes qui se sont rassemblés. Ces images seront, aussitôt, soumises  au montage, plutôt au trucage, dont les techniciens de l’ENTV en sont experts. Et les téléspectateurs  découvriront stupéfiés que plus de 150 millions d’algériens ont d’ores et déjà voté. 

Et pourtant, à 9h, le premier sondage arrive : le taux de participation est de 03,01%, avec un léger bourrage des urnes, ordonnée par les Wali et les chefs de Daira.  L’ENTV, qui transmet et retransmet sans arrêt cet événement « historique », avec un professionnalisme magistral, passe à la seconde étape. Elle est entrain d’interviewer des opportunistes, des patriotes, des gardes champêtres et, même, des policiers, sans uniforme, qui déclarent qu’ils ont accompli leur devoir dans des meilleures conditions et que le vote n’est pas seulement un droit, mais une obligation. 

10 h 50. Le deuxième sondage va incessamment tomber, précise le gros balourd et « agent des services » chargé habituellement de la présentation du journal télévisé de 20 h. Au grand bonheur de notre officier de la désinformation, les urnes sont nettement mieux bourrées qu’auparavant : 06,02%. Le taux a doublé dans un intervalle de deux heures. Quel miracle! 

Les caméramans et les envoyés spéciaux prennent le soin d’éviter les cybercafés, les cafés et les  places publiques. Cela dit, tous les algériens sont partis accomplir leur devoir électoral, même les bébés et les enfants. Mieux encore, ils resteront mobilisés là, devant les urnes, jusqu’au la fin du bourrage des urnes et le dépouillement du dernier bulletin. Ils doivent surveiller et combattre toute fraude a même de priver  Bouteflika de son plébiscite habituel. 

13 h : un autre sondage, le troisième. Les règles du jeu deviennent plus serrées, donc plus malpropres. La participation a triplé par rapport au sondage précèdent : 18, 06%. Le peuple des MOUADJIZATES (selon le langage des traîtres)  vient de prouver une autre fois de plus qu’il vit une histoire d’amour avec les élections, en donnant à tous les peuples du monde une leçon de nationalisme unique en son genre. 

14 h : le rythme du bourrage des urnes n’a pas encore  réjoui Bouteflika. Il ne veut pas être un quart de président et il le fait savoir ouvertement à ses sbires qui enclenchent le turbo afin de rattraper au plus vite les retards accumulés, et ce, avant la fermeture des urnes. 

Sondage de 15 h : 33,33%. Doucement mais sûrement, Ils gonflent intelligemment les chiffres sans soulever trop les soupçons. 

16 H : Deux petites heures nous séparent du sondage définitif et la fermeture des bureaux prévus à 18 h. Un sérieux problème se pose. La fraude reste insuffisante. Qui va les croire dans le cas ou les chiffres  vont tripler d’ici la ? C’est-à-dire atteindre les 99,99%. Eux, qui n’ont pas cessé de promettre des élections propres et honnêtes. Ils vont donc continuer à faire la chose proprement et dans la transparence la plus totale. Il doivent respecter  les règles du (de leur) jeu. 

17 h 30, la télévision explique aux téléspectateurs que par respect aux règles fondamentales de la démocratie, le pouvoir, très soucieux des droits des citoyens, en a décidé de prolonger le vote  jusqu’à 20 heures pour permettre aux retardataires d’accomplir leur devoir. 

La course contre la montre commence…. 

Une directive officieuse aux Walis : Vous êtes assignés à ne communiquer qu’un taux de participations adapté aux exigences de l’heure, tonne le ministre de l’intérieur au téléphone, c’est-à-dire un chiffre supérieur à celui de 1999 et 2004, sinon le Wali est un « Walou » puisqu’il travaille à l’encontre des intérêts supérieurs de… je ne sais quoi ! 

Au moment où les Walous, ô pardon les Walis, sont engagés dans une course sans merci, en votant à la place des morts et des absents, l’ENTV passe quelques chansonnettes patriotiques  (en évitant celles de Maatoub ou de Baaziz) de façon à préparer l’opinion à un événement historique, d’autant qu’en Algérie, tout ce qui vient du pouvoir en place est historique, y compris la ridicule anecdote (Allah ghaleb sur le drapeau algérien) racontée  par  Bouteflika. 

20h : Alors que les présidents de bureaux se préparaient pour entamer le dépouillement du peu de bulletins exprimés et des millions rajoutés dans les urnes, pourtant transparentes et fermées a clé (l’ancienne Khalida Messaoudi est capable de vous expliquer la technique ?), l’ENTV aurait déjà devancé le temps, en transmettant, en direct, a partir des quartiers chics de la capitale et des grandes villes,  les manifestations de joie (spontanées) célébrant la victoire écrasante et incontestable de Bouteflika, dès le premier tour.  Les scènes de liesses continuent de déferler sur les écrans, relayer, parfois, par les  images  du dépouillement des bulletins, arrivées toutes chaudes des lieux de vote, dans lesquelles seul le nom de Bouteflika n’est pas censuré. 

La fête prend de l’ampleur et les voitures des opportunistes continuent de klaxonner, en  sillonnant les routes de certains endroits de certaines villes algériennes. Entre-temps, les fraudeurs continuent, eux aussi, leur sale besogne de manière à planifier une participation massive et un plébiscite grandiose de Bouteflika. Un plébiscite qui, d’une part, ne doit pas être à l’envers des aspirations du peuple des MOUADJIZATES, et, d’autre part, permettra au ministre de l’intérieur de le communiquer sans « rougir » ! 

Pour faire durer le suspens, comme si les résultats obtenus par les uns et les autres candidats sont très serrés, le ministre de l’intérieur tardent à faire son apparition sur les écrans pour donner le résultat définitif qui sera confirmé « Zaâma » par le conseil (anti) constitutionnel quelques jours, voire quelques heures, plus tard. Finalement, aux delà de plusieurs heures d’attente, le ministre débute sa conférence de presse et communique des chiffres et des résultats connus d’avance : C’est le peuple et la démocratie qui ont gagné, dira-t-il à la fin. 

Bouteflika a triomphé en décrochant toutes les voix des bureaux spéciaux, des absents, des morts ainsi  qu’une grande partie des voix octroyées à ses lièvres. D’ailleurs, ces derniers n’en ont plus besoin, puisqu’ils ont empoché pas moins d’un milliard et demi chacun en plus de leur passage gratuit à la télévision. Il ne leur reste alors qu’á savourer la recompense dans l’attente  des prochaines elections… 

Bouteflika demeurera donc président jusqu’à 2014. Il va se remettre aussitôt au boulot pour préparer son prochain mandat, s’il lui arrive à survivre aussi longtemps bien entendu. Et même si le pire arrive, Said est là pour prendre le relais. Sauf les Bouteflika, aucun n’est en mesure de faire de l’Algérie ce qu’elle est aujourd’hui. Le peuple des MOUADJIZATES devra les laisser terminer le festin !! 

Au lendemain du vote : 

Les candidats à la Harga réitéreront leur tentative en choisissant, cette fois, une  barque assez solide a même de leur assurer une arrivée certaine à l’autre rive pour ne plus revenir ou finir leur aventure au fond des océans comme leurs frères de la dernière fois. 

Les mendiants regagneront leurs places  initiales dans l’espoir d’amasser quelques petits dinars et d’apporter un peu de joie à leurs enfants. 

Les miséreux retourneront aux dépotoirs dans l’espoir d’avoir un repas copieux que les oligarques, qui les gouvernent, et les nouveaux riches, bienfaisants, leurs réservent quotidiennement. 

Les mal-logés retrouveront leurs bidonvilles et, les SDF, leurs cartons, en attendant les millions de logement que Bouteflika va re-re-promettre lors de sa campagne électorale de 2014. 

Les chômeurs regagneront les murs, en attendant l’embauche a la place des milliers de travailleurs mis a la porte, et ceux qui vont l’être d’ici 2014, dans les usines cédés au dinar symbolique à des charognards qui adhèrent, a coup de milliards, dans les campagnes électorales de Bouteflika ?! 

Quant à moi,  je vous donne rendez-vous (Inchallah) le mois d’avril 2014. 

Omar Saada

 

Commentaire

Sans surprise, Bouteflika vient d’être réélu avec plus de 90 pour cent de voix. Son - Si je n’obtient pas une majorité écrasante je ne serai pas le président- a été bien reçu par son ministre de l’intérieur et ses walis qui ne cherchent qu’a se maintenir au poste, puisque le départ de Bouteflika signifie leur départ.  Votre message « codé » a été reçu 5 sur 5, Bouteflika. Donc, bonne continuation !!!

Image de prévisualisation YouTube

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

3e mandat de Bouteflika: 94% des Algériens à l’étranger n’iront pas voter

Le sondage effectué par le club « Cercle de Progrès Algérie –Europe » en coordination avec « l’association Algérienne Errihab» basée à Hambourg en Allemagne, sur la participation des ressortissants Algériens à l’étranger aux élections présidentielles prévues pour le mois d’Avril prochain, a révélé « des résultats édifiants» car la majorité écrasante des interviewés ont annoncé leurs non participation au suffrage.

L’opération de sondage a duré deux mois, du 15 décembre 2008 au 15 février 2009, où des Algériens ont été interviewés dans huit pays Européens à savoir l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, la Hollande, l’Autriche, l’Ukraine, l’Espagne et la France.

Le résultat du sondage a indiqué que 17 sur les 18 milles Algériens interrogés ont décidé de ne pas participer aux élections et de ne pas se rendre aux consulats et aux ambassades Algériens pour voter. Ce nombre représente 94. 4 %, alors que 102 Algériens, c’est à dire 0. 5%, ont exprimé leurs souhaits de participer au suffrage.
Les résultats du sondage indiquent un recul important dans le taux de participation comparés aux présidentielles 2004, où l’on a enregistré 869 milles inscrits parmi les ressortissants Algériens à l’étranger sur l’ensemble de 18 millions votants, prés de 320 milles d’entre eux se sont rendus aux urnes, l’équivalent de 43 %.

Le président du club, Zahir Serai, a déclaré à El Khabar : « Les résultats du sondage ne nous ont pas « étonné ».

Source : lematindz.net

Adresse du blog : pompier003.unblog.fr

 

 

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008