Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 9 mars 2008
Archive pour le 9 mars, 2008


Les fossoyeurs de l’espoir

9 mars, 2008
Non classé | Pas de réponses »

 Deux décennies nous séparent d’une expérience d’alternance politique avortée. Une expérience sur laquelle le peuple algérien avait attaché tous ses espoirs après presque un demi siècle d’expropriation de ses choix, de ses aspirations, de son destin. Les années violentes et meurtrières ne veulent plus s’achever. Elles ne le seront pas, parait-il, tant que les fossoyeurs de l’espoir demeurent à leur place. Chaque nouveau jour de l’Algérie se distingue par son lot macabre de faits scandaleux, sans que le peuple ne renoue ni avec la paix promise, ni la prospérité. Tout au contraire, les choses ne cessent de se dégrader et les espoirs de s’annihiler. Durant ce long cauchemar, seul les enfants des pauvres, militaires, gendarmes, policiers et autres citoyens, ont payé et continuent de payer le prix de la faillite des gouvernants qui, dans leur obstination, ne semblaient guère se offusquer dans la poursuite de leur folie meurtrière.  

La période qui a suivi les événements d’octobre 1988 a constitué une étape historique à laquelle le peuple algérien a tellement cru et à laquelle il s’est  étroitement attaché, tant qu’elle promettait de rompre avec le régime totalitaire et avec ce que l’Algérie avait vécue jusque là. Cette étape lui offrait une lueur d’espoir de pouvoir enfin imposer sa souveraineté et de voir sa vie quotidienne s’améliorer, après tant d’années de silence imposé par ceux qui se sont constamment opposés à sa volonté, ceux pour qui le choix libre des peuples représente la plus grande des hérésies au châtiment « exemplaire ».  

Les événements d’octobre 1988 devait jeter donc les premiers fondements d’une véritable démocratie, une nouvelle ère qui devait inaugurée le choix libre et pluriel que le peuple n’a jamais connu depuis son indépendance, tout le pays  bougeait, une dynamique grandiose était enclenchée, le pays s’apprêtait au décollage tant attendu. Mais, hélas. Les fossoyeurs de l’espoir et de la liberté en décidèrent autrement. Ils ont entraîné le pays vers un véritable enfer, vers ce que vit le peuple aujourd’hui : La peur, la pauvreté, l’insécurité, les maladies d’antan et tout les fléaux qui font manger le pain noir au plus chanceux. Ce pays formidable qu’est l’Algérie, par la volonté d’une junte de mercenaires qui s’est appropriée tout les pouvoirs,  est, jusqu’à présent,  otage de leurs ténèbres. 

Bourreaux du peuple algérien, et fossoyeurs de ses espoirs, ayez au moins le courage et l’honneur d’accepter pour une fois que le peuple est le seul détenteur du pouvoir et que le pays lui appartient, et que, sans lui, rien ne peut se faire. Le pays n’existe pas sans le peuple et, sans doute, vous le savez. Quarante cinq années d’errance, et même plus, sont là pour le confirmer… 

Omar Saada

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008