Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 2 décembre 2007
Archive pour le 2 décembre, 2007


Le chien enragé

2 décembre, 2007
Non classé | 9 réponses »

Le colonel moussa kaabache court de bon matin et rentre dans le bureau de Mustapha El-Habiri, colonel d’une armée de mercenaires et, actuellement, Directeur général des Pompiers algériens.

Kaabache: Mon général! Mon général! Il se passe quelque chose de terrible, d’atroce.
El-Bahimi: C’est quoi, la JSKabylie a encore gagné la coupe d’Afrique. Tu sais bien que je déteste beaucoup les berbères, autrement dit  les hommes.
kaabache : Non, non c’est carrément autre chose et c’est très très sérieux cette fois.
El-Bahimi: Quoi, ma femme n’a pas reçue le loyer mensuel de mes locaux commerciaux de bordj El Kiffan ??
Kaabache : Ce n’est pas ça, je vous dis que c’est extrêmement grave.
El-Bahimi: Ne me dis pas que le Ramadan c’est 30 jours cette année !!
Kaabache : Pas du tout.
El-Bahimi: idiot, tu m’a fais peur. Je suis rassuré, maintenant, de ne manger en cachette que 29 jours. Alors qu’est ce qui se passe ?
Kaabache: Les pompiers, mon général, les pompiers …de l’UGTA.
El-Bahimi: Qu’est ce qu’ils veulent encore ces syndicalistes de notre fidèle ami Sidi Said.
Kaabache: ils sont dehors, dans la cour de la DGPC.
El-Bahimi: ce n’est pas grave, ils se sont a maintes fois rassemblés dehors pour me soutenir.
Kaabache: Mais cette fois Ils veulent prendre un peu d’argent des oeuvres sociales et ils sont entrains de chanter KASSAMAN!. C’est affreux.
El-Bahimi: Ce n’est pas grave, ils ne sont que des gamins avec lesquels mon gentil  toutou ,Zidane Selloum, s’amuse de temps en temps. Ne t’en fais pas pour ça fiston.
Kaabache : Et qu’est ce qu’on fait mon général ?
El-Bahimi: Ecoute fiston, fait sortir quelques chiens du rez de chaussée, histoire de soutenir Selloum Zidane et de faire un peu peur a ces gamins. 
   Apres quelques heures Kaabache revient dans le bureau de Mustapha El-Habiri.
Kaabache: mon général.
El-Bahimi: Oui fiston.
Kaabache : Je viens vous faire un rapport sur la situation.
El-Bahimi: Situation !! Mais quelle situation ?
Kaabache : Le rassemblement mon général. 

El Bahimi : QQQuoi !!! Le FIS a été réhabilité ? 

Kaabache : mais non, le rassemblement des pompiers mon général.
El-Bahimi: Ah, oui c’est vrai, j’ai complètement oublié ça. Alors racontes moi, comment a été le match et comment se sont débrouillés mes chiens.
Kaabache : pas trop mal, mon général.
El-Bahimi: Qu’est ce qui s’est passé.
Kaabache :Tu sais mon général, les gamins étaient tellement contents qu’il se sont fait un plaisir de voir nos chiens remuer leurs queux.
El-Bahimi: Quelle chance !! Tu veux dire que …
Kaabache : Oui, chef. Je veux dire que ces gamins s’entendent bien avec nos chiens. Ils ont fait des grillades, du méchoui, du sauté, des salades et il en y’a même un qui a fait du jus de raisin avec un pompier !!
El-Bahimi: Tu vois, aucun pompier ne peut défier ma puissance, mon châtiment, et surtout ma colère
Kaabache : Je crains les pompiers du SNAPAP qui vont se rassembler, a leur tour, demain.
El-Bahimi: C’est ce qu’on va voir. Que ma punition soit la plus sévère sur ces maudits syndicalistes du SNAPAP.
Kaabache: Alors c’est quoi le plan chef.
El-Bahimi: On passe au plan orange. Fais sortir nos chiens de l’étage supérieur. Je ne connais personne qui a résisté à ces bêtes. Elles sont tellement féroces que même les lions les fuient.
Kaabache: Mais ils vont faire un massacre mon général.
El-Bahimi: Ils le méritent ces pompiers du SNAPAP qui ont dénoncé dans la presse l’affaire de mon port d’Alger Plage, le fond de commerce de la peinture « Rouge et jaune » de ma fille, et l’affaire de mon ami KASDALI. Tu feras sortir ces chiens tôt demain et surtout n’es pitié de personne. Exécution.
  

Le lendemain le colonel Kaabache rejoint El-Habiri qui l’attendait impatiemment au bureau.
El-Bahimi: Vite ! Donnes moi de bonnes nouvelles. Les chiens ont t-ils bouffé ces pompiers du SNAPAP ??
Kaabache: il y’a eu un génocide collectif mon général.
El-Bahimi: Je savais que je pouvais compter sur mes chiens de l’étage supérieur. Ils sont les protecteurs de mon empire.
Kaabache : mon général.
El-Bahimi: Oui, Fiston ?
Kaabache: il y’a un petit problème.
El-Bahimi: C’est quoi, il reste encore quelques récalcitrants ??
Kaabache: Non, plutôt il ne reste aucun chien de ton coté.
    El-Habiri, tire ses cheveux, déchire ses vêtements, et tape sa tête contre les murs.
El-Bahimi: Mais qu’est ce que t’as envoyé, des chats ou quoi ?!!
Kaabache : Non, j’ai bien envoyé nos chiens terribles de l’étage superieur.
El-Bahimi: Et alors, comment ils se sont fait avoir alors ?
Kaabache : Tu sais mon général, nos chiens savent bien que vous serez relevés un jour ou l’autre de vos fonctions, alors ils se sont fait massacrés pour faire pitié au directeur général qui vous succédera. Autrement dit : Le roi est mort, vive le roi. 
El-Bahimi : QQQQuoi ?
Kaabache: Dès que les chiens ont vu les pompiers du SNAPAP avancer, il ont commencé a chanter KASSAMAN, mais Les pompiers du SNAPAP les ont attaqués au lieu de se mettre au garde a vous.
El-Bahimi: Mais qu’est ce que j’ai fait pour mériter cette malédiction
Kaabache : Et maintenant mon général.
El-Bahimi: Il ne me reste que le plan Rouge.
Kaabache:Le plan rouge ?? C’est quoi encore !!
El-Bahimi: Ecoutes moi bien. Cette fois, mon pouvoir, mes richesses, mes privilèges dépendent de ce que nous allons faire.
Kaabache : Et qu’est ce qu’on va faire mon général. J’attends vos ordres.
El-Bahimi: On va faire appel au chien de notre ambassade au Maroc.
Kaabache : Encore un chien mon général !!!
El-Bahimi: Tu ne connais pas ce chien toi. C’est une espèce rare dans le monde. Tu sais ce qu’a fait cet animal lorsqu’il est né ??
Kaabache : Je ne sais pas. Je crois qu’il a aboyé, non.
El-Bahimi: C’est faux imbécile. Quand il est né il a dévoré sa propre mère.
Kaabache : Oh mon dieu quelle atrocité.
El-Bahimi: C’est celui que je vais jeter sur ces pompiers du SNAPAP. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que je le jete sur des pompiers un peu trop revendicatifs.
Kaabache : Mais mon général, je n’ai jamais vu ce chien. Où était-il caché ?
El-Bahimi: Au palais présidentiel d’El-Mouradia, avant de rejoindre ses origines au Maroc.
Kaabache : Pour une surprise c’en est une !!
El-Bahimi: Allez allez, prends avec toi le caporal/major  Moundja et Bendhalem et exterminez moi les instigateurs… Le chien fera la suite.
Moundja :A vous ourdres mon jenenal. Tu ponces ke sa marché.
El Bahimi, ô pardon El-Habiri: Bien sur que ça marchera. Ce chien, je le connais bien puisque lui et moi sommes mariés a des soeurs et associés dans la minoterie de Ghardaia. Mon beau frère est comme un cancer, rien ne l’arrête, y compris Bouteflika !!
 

  s.jpg                     images.jpg
Le chien enragé                 Beau-frere du
 chien enragé                                       O.S

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008