Pays riche, peuple pauvre !

Bienvenue sur le blog d’Omar Saada.

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2007
Archive pour décembre, 2007


Ces algeriens honteux !

8 décembre, 2007
Non classé | 6 réponses »

lounes écrit:

bonjour
j’ai lu tres attentivement lé mensonges que vous écrivait sur votre blog je trouve cela honteux de la part d’un citoyen algerien
je voir que vous n’avais aucun respect pour votre patrie
vous savais que le mensonge ai quelque chose de tres grave et qu’il ai puni par la loi je vous demande seulement quelque chose c’est de vous regardé dans une glace et de vous demandé si vous etre quelq’un qui ai recpectueux de son prochain ou si vous en avais rien a faire
 

pompier003 écrit:


Re-bonjour cher Mr Lounes,
Je ne veux pas polémiquer, mais je me contente de vous dire que je me regarde chaque matin dans la glace et je vous confirme, en toute modestie, que je suis très fier de moi et, surtout, d’etre algérien de père et de mère, autrement dit un vrai. Ceux qui doivent avoir honte en face d’un miroir, c’est ceux qui ont mit l’algerie des martyrs a genou et ceux qui ont vendu leurs principes à bas prix ; Les « Haggarines, les ” raffadines” et les manieurs de la brosse à reluire ( je ne fais pas allusion a vous parce que je ne vous connais pas sauf si…..). Donc, ca me rejouit enormement de denoncer, d’accuser, de critiquer et de defier, les hommelettes qui incarnent ma patrie, et ce, jusqu’a nouvel ordre
Je ne vais pas passer mon temps a defendre ce que j’écris sur mon blog, car je l’ai déjà fait tout en étant en Algérie. les algeriens ont lu plus de 300 articles de presse me concernant. Mais je crois que vous ne lisez pas la presse independante, parce qu’elle ne dit que “des betises”.
Si je dis des mensonges, prouvez le contraire a lieu de perdre votre  » precieux » temps a critiquer gratuitement une personne que vous ne connaissez pas et a cacher des vérités que meme les aveugles ont vu . Pour cela, je vous prie d’utiliser l’espace de mon blog pour dire au monde des vérités concernant l’Algérie ; Comment va son peuple ( que vous n’etes pas digne de representer), le nombre de harragas qui meurent noyé dans la mer( ce sujet a ete abordé dans le conseil des ministres tout comme le sujet du vol des telephones portables), le nombre de personnes qui se donnent la mort, qui s’immolent sur les lieux publique et a l’enceinte meme de la maison de la presse, Tahar Djaout, pour dénoncer la Hogras des traitres qui dirigent l’algerie( je ne vais pas citer de cas parcequ’il y’en a plusieurs). Le nombre de familles qui passe la nuit à la belle étoile dans toutes le villes d’Algerie (en attendant le million de logements promis par votre président). Le nombre d’algériens qui se nourissent dans les dépotoirs (alors que les richesses de l’Algérie sont capables de faire vivre aisément le monde). Le nombre d’algériens qui pensent comme vous (Ils se comptent sur les bouts des doigts)….etc etc. Sinon, je vous conseille d’ecouter chaque soir le JT de 20 heures et d’aller acheter chaque matin le journal echaab ou el-moujahed pour lire des informations qui vous  plaisent, que vous croyez.
Vous me reprochez fallacieusement de na pas respecter ma patrie. Si vous considériez que Boutef et ses sbires sont la patrie vous devez prendre, ou reprendre, le chemin de l’ecole.
Je vous demande enfin, cher Lounes ( hacha Maatoub),  de me trouver une phrase dans mon blog qui porte atteinte a l’Algerie en tant que nation.

Je ne vais rien vous rajouter car je dois aller me reposer. La personne qui use de son precieux temps pour vous repondre a beaucoup a faire. Elle travaille de 3 H a 7 H et de 8H a 16 H, y compris le samedi, a bon entendeur.
                                                                                                                                                                                                   

 

inhumés hier à Tissemsilt

Forte émotion après la noyade de 5 courageux enfants

Par : Abed Meghit ( Liberté du 9/12/2007)

Ces algeriens honteux ! 87272Venus pour laver des sacs de semoule vides dans une mare, les trois filles et deux garçons sont morts noyés en tentant de se secourir mutuellement.

Atika, 14 ans, sa sœur, Fouzia, 11 ans, leur cousin Bilel, 10 ans, et sa sœur Warda, 6 ans, et l’autre cousin El-Aïd, 9 ans, sont morts jeudi dernier par noyade. Une autre fille, Aïcha âgée de 14 ans, a failli avoir le même sort si ce n’était l’intervention de son frère Walid, qui l’a sauvée in extremis de la noyade. Ces cinq enfants de la famille Malki du douar de Hetatcha, commune de Amari (17 kilomètres du chef-lieu Tissemsilt) sont morts dans des conditions incroyables. Selon les témoins, il était environ 13h quand les 6 enfants se trouvaient au niveau d’une mare creusée par les nomades l’été dernier pour abreuver leurs bêtes et qui se trouve à 1 kilomètre environ du douar. Étant tous issus de familles vivant dans des conditions précaires, ils y étaient juste pour… laver les sacs de semoule vides pour pouvoir les réutiliser après. C’est Atika la première qui avait glissé dans l’eau profonde de deux mètres, avant que sa sœur Fouzia ne plonge pour essayer de la sauver. Voyant ses deux cousines se débattre dans l’eau, Bilel les rejoint dans l’intention de les sauver. Suivront ensuite Warda, El-Aïd et Aïcha, tous ont plongé avec la même intention de sauver leur cousin et frère. L’un après l’autre, ils ont été engloutis. Seule Aïcha en sortit “indemne”, alors que les autres vont mourir par noyade. On notera tout de même que les corps de Atika, Fouzia, Bilel et Warda ont été repêchés par les citoyens se trouvant non loin du lac, alors que la Protection civile n’a pu repêcher que le corps de El-Aïd.
L’enterrement des cinq enfants a eu lieu le lendemain du drame en présence d’une foule nombreuse et des autorités locales. Hier samedi, toutes les écoles de la commune de Amari ont observé une minute de silence à la mémoire des 5 enfants scolarisés, à l’exception de Atika.
Ce drame, qui a provoqué une profonde émotion, vient soulever plusieurs questions, et pas des moindres.
En plus du total abandon de ces populations et des conditions misérables dans lesquelles elles vivent, ces enfants, par leur sacrifice, ont surtout secoué les consciences comme nous l’a déclaré un citoyen rencontré sur place : “Ils méritent beaucoup plus qu’une minute de silence. Un deuil national est la moindre des choses. Malgré leur pauvreté et leur jeune âge, ils ont montré beaucoup plus de courage et de bravoure que la plupart des adultes. Ils nous ont donné à tous une véritable leçon.”

Abed Meghit

Commentaire a l’intention de Lounes.

Ces jeunes enfants (Rabi yarhamhoum)  - ils ne sont pas les votres certes – ont des sentiments envers autrui en essayant de s’entraider et de se secourir mutuellement, alors que les traitres que vous defendez, Lounes, n’ont aucun sentiment envers tout un peuple, notamment ces enfants innocents qui vivent la pire pauvreté dans un pays trés riche.

 

Le chien enragé

2 décembre, 2007
Non classé | 9 réponses »

Le colonel moussa kaabache court de bon matin et rentre dans le bureau de Mustapha El-Habiri, colonel d’une armée de mercenaires et, actuellement, Directeur général des Pompiers algériens.

Kaabache: Mon général! Mon général! Il se passe quelque chose de terrible, d’atroce.
El-Bahimi: C’est quoi, la JSKabylie a encore gagné la coupe d’Afrique. Tu sais bien que je déteste beaucoup les berbères, autrement dit  les hommes.
kaabache : Non, non c’est carrément autre chose et c’est très très sérieux cette fois.
El-Bahimi: Quoi, ma femme n’a pas reçue le loyer mensuel de mes locaux commerciaux de bordj El Kiffan ??
Kaabache : Ce n’est pas ça, je vous dis que c’est extrêmement grave.
El-Bahimi: Ne me dis pas que le Ramadan c’est 30 jours cette année !!
Kaabache : Pas du tout.
El-Bahimi: idiot, tu m’a fais peur. Je suis rassuré, maintenant, de ne manger en cachette que 29 jours. Alors qu’est ce qui se passe ?
Kaabache: Les pompiers, mon général, les pompiers …de l’UGTA.
El-Bahimi: Qu’est ce qu’ils veulent encore ces syndicalistes de notre fidèle ami Sidi Said.
Kaabache: ils sont dehors, dans la cour de la DGPC.
El-Bahimi: ce n’est pas grave, ils se sont a maintes fois rassemblés dehors pour me soutenir.
Kaabache: Mais cette fois Ils veulent prendre un peu d’argent des oeuvres sociales et ils sont entrains de chanter KASSAMAN!. C’est affreux.
El-Bahimi: Ce n’est pas grave, ils ne sont que des gamins avec lesquels mon gentil  toutou ,Zidane Selloum, s’amuse de temps en temps. Ne t’en fais pas pour ça fiston.
Kaabache : Et qu’est ce qu’on fait mon général ?
El-Bahimi: Ecoute fiston, fait sortir quelques chiens du rez de chaussée, histoire de soutenir Selloum Zidane et de faire un peu peur a ces gamins. 
   Apres quelques heures Kaabache revient dans le bureau de Mustapha El-Habiri.
Kaabache: mon général.
El-Bahimi: Oui fiston.
Kaabache : Je viens vous faire un rapport sur la situation.
El-Bahimi: Situation !! Mais quelle situation ?
Kaabache : Le rassemblement mon général. 

El Bahimi : QQQuoi !!! Le FIS a été réhabilité ? 

Kaabache : mais non, le rassemblement des pompiers mon général.
El-Bahimi: Ah, oui c’est vrai, j’ai complètement oublié ça. Alors racontes moi, comment a été le match et comment se sont débrouillés mes chiens.
Kaabache : pas trop mal, mon général.
El-Bahimi: Qu’est ce qui s’est passé.
Kaabache :Tu sais mon général, les gamins étaient tellement contents qu’il se sont fait un plaisir de voir nos chiens remuer leurs queux.
El-Bahimi: Quelle chance !! Tu veux dire que …
Kaabache : Oui, chef. Je veux dire que ces gamins s’entendent bien avec nos chiens. Ils ont fait des grillades, du méchoui, du sauté, des salades et il en y’a même un qui a fait du jus de raisin avec un pompier !!
El-Bahimi: Tu vois, aucun pompier ne peut défier ma puissance, mon châtiment, et surtout ma colère
Kaabache : Je crains les pompiers du SNAPAP qui vont se rassembler, a leur tour, demain.
El-Bahimi: C’est ce qu’on va voir. Que ma punition soit la plus sévère sur ces maudits syndicalistes du SNAPAP.
Kaabache: Alors c’est quoi le plan chef.
El-Bahimi: On passe au plan orange. Fais sortir nos chiens de l’étage supérieur. Je ne connais personne qui a résisté à ces bêtes. Elles sont tellement féroces que même les lions les fuient.
Kaabache: Mais ils vont faire un massacre mon général.
El-Bahimi: Ils le méritent ces pompiers du SNAPAP qui ont dénoncé dans la presse l’affaire de mon port d’Alger Plage, le fond de commerce de la peinture « Rouge et jaune » de ma fille, et l’affaire de mon ami KASDALI. Tu feras sortir ces chiens tôt demain et surtout n’es pitié de personne. Exécution.
  

Le lendemain le colonel Kaabache rejoint El-Habiri qui l’attendait impatiemment au bureau.
El-Bahimi: Vite ! Donnes moi de bonnes nouvelles. Les chiens ont t-ils bouffé ces pompiers du SNAPAP ??
Kaabache: il y’a eu un génocide collectif mon général.
El-Bahimi: Je savais que je pouvais compter sur mes chiens de l’étage supérieur. Ils sont les protecteurs de mon empire.
Kaabache : mon général.
El-Bahimi: Oui, Fiston ?
Kaabache: il y’a un petit problème.
El-Bahimi: C’est quoi, il reste encore quelques récalcitrants ??
Kaabache: Non, plutôt il ne reste aucun chien de ton coté.
    El-Habiri, tire ses cheveux, déchire ses vêtements, et tape sa tête contre les murs.
El-Bahimi: Mais qu’est ce que t’as envoyé, des chats ou quoi ?!!
Kaabache : Non, j’ai bien envoyé nos chiens terribles de l’étage superieur.
El-Bahimi: Et alors, comment ils se sont fait avoir alors ?
Kaabache : Tu sais mon général, nos chiens savent bien que vous serez relevés un jour ou l’autre de vos fonctions, alors ils se sont fait massacrés pour faire pitié au directeur général qui vous succédera. Autrement dit : Le roi est mort, vive le roi. 
El-Bahimi : QQQQuoi ?
Kaabache: Dès que les chiens ont vu les pompiers du SNAPAP avancer, il ont commencé a chanter KASSAMAN, mais Les pompiers du SNAPAP les ont attaqués au lieu de se mettre au garde a vous.
El-Bahimi: Mais qu’est ce que j’ai fait pour mériter cette malédiction
Kaabache : Et maintenant mon général.
El-Bahimi: Il ne me reste que le plan Rouge.
Kaabache:Le plan rouge ?? C’est quoi encore !!
El-Bahimi: Ecoutes moi bien. Cette fois, mon pouvoir, mes richesses, mes privilèges dépendent de ce que nous allons faire.
Kaabache : Et qu’est ce qu’on va faire mon général. J’attends vos ordres.
El-Bahimi: On va faire appel au chien de notre ambassade au Maroc.
Kaabache : Encore un chien mon général !!!
El-Bahimi: Tu ne connais pas ce chien toi. C’est une espèce rare dans le monde. Tu sais ce qu’a fait cet animal lorsqu’il est né ??
Kaabache : Je ne sais pas. Je crois qu’il a aboyé, non.
El-Bahimi: C’est faux imbécile. Quand il est né il a dévoré sa propre mère.
Kaabache : Oh mon dieu quelle atrocité.
El-Bahimi: C’est celui que je vais jeter sur ces pompiers du SNAPAP. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que je le jete sur des pompiers un peu trop revendicatifs.
Kaabache : Mais mon général, je n’ai jamais vu ce chien. Où était-il caché ?
El-Bahimi: Au palais présidentiel d’El-Mouradia, avant de rejoindre ses origines au Maroc.
Kaabache : Pour une surprise c’en est une !!
El-Bahimi: Allez allez, prends avec toi le caporal/major  Moundja et Bendhalem et exterminez moi les instigateurs… Le chien fera la suite.
Moundja :A vous ourdres mon jenenal. Tu ponces ke sa marché.
El Bahimi, ô pardon El-Habiri: Bien sur que ça marchera. Ce chien, je le connais bien puisque lui et moi sommes mariés a des soeurs et associés dans la minoterie de Ghardaia. Mon beau frère est comme un cancer, rien ne l’arrête, y compris Bouteflika !!
 

  s.jpg                     images.jpg
Le chien enragé                 Beau-frere du
 chien enragé                                       O.S

Association pour une Meille... |
NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | saharalibre75
| romaindesforges
| LGP 2008